Nice-Livre

Impressions de voyage

Taille du livre 3066 KB | Avec un score moyen de false étoiles


Vous pouvez ACHETER le livre à partir des liens suivants
Acheter le livre Impressions de voyage par Amazon

Vous pouvez TELECHARGER le livre à partir des liens suivants
Livre Impressions de voyage EPUB Livre Impressions de voyage PDF

Moyen de 2 étoiles basé sur 16 avis

Impressions de voyage EPUB

Impressions de voyage PDF

Télécharger Livre Impressions de voyage

Livre gratuit Impressions de voyage de Alexandre Dumas

Livre en ligne Francais Impressions de voyage

Synopsis du livre

Extrait:Le bateau à vapeur arriva à Villeneuve une heure plus tôt que de coutume. Le vent d’ouest, qui avait tant effrayé nos dames sur le lac, nous avait rendu ce service.Villeneuve est située à l’extrémité orientale du lac Léman. Le Rhône, qui descend de la Furca où il prend sa source, passe à une demi-heure de chemin de Villeneuve, marque les limites du canton de Vaux, qui, s’avançant en pointe, s’étend cinq lieues au-delà de cette petite ville, et le sépare du pays valaisan. Un célérifère, qui attend les passagers du bateau à vapeur, les conduit le même soir à Bex, où l’on couche ordinairement. L’heure d’avance que le vent nous avait fait gagner me permit de courir jusqu’à l’endroit où le Rhône se jette en se bifurquant, gris et sablonneux, dans le lac, pour y laisser son limon, et ressortir pur et azuré, à Genève, après l’avoir traversé dans toute sa longueur.Lorsque je revins à Villeneuve, la voiture était prête à partir chacun avait pris sa place, et l’on m’avait gratifié, comme absent, de celle que l’on jugeait la plus mauvaise, et que j’eusse choisie, moi, comme la meilleure. On m’avait mis près du conducteur dans le cabriolet de devant, où rien ne devait me garantir du vent du soir, mais aussi où rien ne m’empêchait de voir le paysage.C’était un beau coup-d’œil, à travers cet horizon bleuâtre des Alpes, que cette vallée qui s’ouvre sur le lac, dans une largeur de deux lieues, et qui va toujours se rétrécissant, à tel point qu’arrivée à Saint-Maurice, une porte la ferme, tant elle est resserrée entre le Rhône et la montagne. À droite et à gauche du fleuve, et de demi-lieue en demi-lieue, de jolis villages vaudois et valaisans paraissaient et disparaissaient presque aussitôt, sans que la rapidité de notre course nous permît d’en voir autre chose que la hardiesse de leur situation sur la pente de la montagne : les uns prêts à glisser sur un talus rapide où s’échelonnent des ceps de vigne les autres arrêtés sur une plate-forme, entourés de sapins noirs, et pareils à des nids d’oiseaux cachés dans les branches quelques-uns dominant un précipice, et ne laissant pas même deviner à l’œil la place du chemin qui y conduit. Puis, au fond du paysage, et dominant tout cela, à gauche, la Dent de Morcles, rouge comme une brique qui sort de la fournaise, s’élevant à sept mille cinq cent quatre-vingt-dix pieds au-dessus de nos têtes à droite, sa sœur la Dent du Midi, portant sa tête toute blanche de neige à huit mille cinq cents pieds dans les nues toutes deux diversement coloriées par les derniers rayons du soleil couchant, toutes deux se détachant sur un ciel bleu d’azur, la Dent du Midi par une nuance d’un rose tendre, la Dent de Morcles par sa couleur sanglante et foncée. Voilà ce que je voyais, en punition de ma tardive arrivée, tandis que ceux du dedans, les stores chaudement fermés, se réjouissaient d’échapper à cette atmosphère froide, que je ne sentais pas, et à travers laquelle je voyais ce pays de fées. À la nuit tombante, nous arrivâmes à Bex. La voiture s’arrêta à la porte d’une de ces jolies auberges qu’on ne trouve qu’en Suisse en face était une église, dont les fondations, comme celles de presque tous les monumens religieux du Valais, paraissent, par leur style roman, avoir été l’œuvre des premiers chrétiens.Le dîner nous attendait. Nous trouvâmes le poisson si délicat, que nous en demandâmes pour notre déjeuner du lendemain. Je cite ce fait insignifiant, parce que cette demande me fit assister à une pêche qui m’était complètement inconnue, et que je n’ai vu faire que dans le Valais.À peine eûmes-nous exprimé ce désir gastronomique, que la maîtresse de la maison appela un grand garçon, de dix-huit ou vingt ans, qui paraissait cumuler dans l’hôtellerie les différentes fonctions de commissionnaire, d’aide de cuisine et de cireur de bottes. Il arriva à moitié endormi, et reçut l’ordre, malgré des bâillemens très expressifs, seule espèce d’opposition que le pauvre diable osât…

Un livre de Alexandre Dumas dans la catégorie Boutique Kindle – Ebooks Kindle – Tourisme et Voyages avec un prix moyen de EUR 2,50