Nice-Livre

Le Darfour et les Arabes du centre de l’Afrique

Taille du livre 534 KB | Avec un score moyen de false étoiles


Vous pouvez ACHETER le livre à partir des liens suivants
Acheter le livre Le Darfour et les Arabes du centre de l'Afrique par Amazon

Vous pouvez TELECHARGER le livre à partir des liens suivants
Livre Le Darfour et les Arabes du centre de l'Afrique EPUB Livre Le Darfour et les Arabes du centre de l'Afrique PDF

Moyen de 4 étoiles basé sur 19 avis

Le Darfour et les Arabes du centre de l'Afrique EPUB

Le Darfour et les Arabes du centre de l'Afrique PDF

Télécharger Livre Le Darfour et les Arabes du centre de l'Afrique

Livre gratuit Le Darfour et les Arabes du centre de l'Afrique de Charles de Rémusat

Livre en ligne Francais Le Darfour et les Arabes du centre de l'Afrique

Synopsis du livre

Extrait:Le 12 messidor an VII, Bonaparte écrivait du Kaire au sultan du Dârfour, Abd-el-Rhamân-el-Rachid, qui le félicitait sur ses triomphes et lui demandait de protéger les marchands du pays : « Au nom de Dieu clément et miséricordieux, il n’y a de Dieu que Dieu !… J’ai reçu votre lettre, et j’en ai compris le contenu. Lorsque votre caravane est arrivée, j’étais absent, ayant été en Syrie pour punir et détruire nos ennemis. Je vous prie de m’envoyer par la première caravane deux mille esclaves noirs ayant plus de seize ans, forts et vigoureux : je les achèterai pour mon compte. Ordonnez à votre caravane de venir tout de suite, de ne pas s’arrêter en route : je donne des ordres pour qu’elle soit protégée partout. » Le souverain d’un puissant royaume confiné au centre de l’Afrique avait donc entendu le bruit des victoires du glorieux sultan des armées françaises, comme il appelait le général en chef des troupes républicaines, ou plutôt il avait applaudi aux défaites des mamelouks, qui venaient de perdre les plus belles provinces de l’Égypte. Qu’Abd-el-Rahmân se réjouit de voir tomber la puissance de ces guerriers turbulens et sans foi, cela s’explique mais combien de temps auraient duré ses relations amicales avec une population européenne maîtresse du pays, voilà ce qu’il est difficile de savoir. Toutefois Bonaparte mettait à profit le bon vouloir du sultan en promettant aide et protection aux populations noires engagées dans des entreprises de négoce avec l’Égypte, il s’élevait au rang de dominateur de l’Afrique et faisait reconnaître sa suprématie jusque sous l’équateur. Les deux mille esclaves qu’il demandait par un prochain envoi, c’étaient deux mille soldats faciles à nourrir, dévoués à leur maître, n’ayant rien à redouter du climat africain, et dont il eût pu tirer un grand parti, si l’occupation se fût prolongée. Bien loin que la guerre interrompît les échanges accoutumés entre les deux peuples, la présence des Français semblait encourager le sultan à diriger plus fréquemment vers le Nil ces caravanes périodiques qui, assurait-on alors, d’après des renseignemens positifs, se composaient parfois de quinze mille chameaux.Ceci se passait en 1799 c’était à peine si on connaissait exactement la position géographique de ce royaume de Dârfour. Un voyageur anglais, W.-G. Browne, y avait pénétré quelques années auparavant, et ses observations, bien qu’incomplètes sur divers points, étaient les seules qu’un Européen eût recueillies par lui-même jusqu’à ce jour, elles sont les dernières. Desservi auprès du sultan par un de ses compagnons qui le représentait comme un espion dangereux, Browne fut attiré jusqu’à Kôbeyh, capitale du royaume on l’y garda à vue. En vain sollicita-t-il, pendant deux années, la permission de quitter le pays : toute la population se retirait avec effroi d’un infidèle dont la couleur, disait-on, était un signe de maladie, une marque de la réprobation divine. Cette situation désespérée causa au voyageur un profond chagrin, et bientôt une fièvre qui le réduisit à la dernière extrémité. Ces tristes loisirs, ces jours de douleur perdus pour l’étude, il les employa à apprivoiser deux jeunes lions. Enfin, dépouillé de tout ce qu’il avait apporté avec lui, Browne put se joindre à une caravane qui le ramena, après quatre mois de voyage, dans la Haute-Égypte. Après lui vint l’expédition française sous ses auspices et avec des recommandations du général en chef, partit un jeune Allemand, Hornemann, qui périt en chemin. C’était alors que Bonaparte et le sultan du Dârfour échangeaient quelques lettres, comme nous l’avons vu. Un voyage dans les états de ce dernier fut sur le point d’être entrepris par quelques-uns des savans qui accompagnaient l’armée, mais les évènemens changèrent de face. Après ce dialogue à distance entre le futur souverain du royaume le plus civilisé de la terre et le chef d’un peuple barbare, tout rentra dans le silence.La route restait tracée cependant les…

Un livre de Charles de Rémusat dans la catégorie Boutique Kindle – Ebooks Kindle – Tourisme et Voyages avec un prix moyen de EUR 3,15