Nice-Livre

Mémoires sur l’électromagnétisme et l’électrodynamique

Taille du livre 2651 KB | Avec un score moyen de false étoiles


Vous pouvez ACHETER le livre à partir des liens suivants
Acheter le livre Mémoires sur l’électromagnétisme et l’électrodynamique par Amazon

Vous pouvez TELECHARGER le livre à partir des liens suivants
Livre Mémoires sur l’électromagnétisme et l’électrodynamique EPUB Livre Mémoires sur l’électromagnétisme et l’électrodynamique PDF

Mémoires sur l’électromagnétisme et l’électrodynamique EPUB

Mémoires sur l’électromagnétisme et l’électrodynamique PDF

Télécharger Livre Mémoires sur l’électromagnétisme et l’électrodynamique

Livre gratuit Mémoires sur l’électromagnétisme et l’électrodynamique de André-Marie Ampère

Livre en ligne Francais Mémoires sur l’électromagnétisme et l’électrodynamique

Synopsis du livre

Extrait:L’action électromotrice se manifeste par deux sortes d’effets que je crois devoir d’abord distinguer par une définition précise.J’appellerai le premier tension électrique, le second courant électrique.Le premier s’observe lorsque les deux corps entre lesquels l’action électromotrice a lieu sont séparés l’un de l’autre par des corps non conducteurs dans tous les points de leur surface autres que ceux où elle est établie le second est celui où ils font, au contraire, partie d’un circuit de corps conducteurs qui les font communiquer par des points de leur surface différents de ceux où se produit l’action électromotrice. Dans le premier cas, l’effet de cette action est de mettre les deux corps ou les deux systèmes de corps, entre lesquels elle a lieu, dans deux états de tension dont la différence est constante lorsque cette action est constante, lorsque, par exemple, elle est produite par le contact de deux substances de nature différente : cette différence serait variable, au contraire, avec la cause qui la produit, si elle était due à un frottement ou à une pression.Ce premier cas est le seul qui puisse avoir lieu lorsque l’action électromotrice se développe entre les diverses parties d’un même corps non conducteur la tourmaline en offre un exemple quand elle change de température.Dans le second cas, il n’y a plus de tension électrique, les corps légers ne sont plus sensiblement attirés, et l’électromètre ordinaire ne peut plus servir à indiquer ce qui se passe dans le corps cependant l’action électromotrice continue d’agir : car si de l’eau, par exemple, un acide, un alcali ou une dissolution saline font partie du circuit, ces corps sont décomposés, surtout quand l’action électromotrice est constante, comme on le sait depuis longtemps : et en outre, ainsi que M. Œrsted vient de le découvrir, quand l’action électromotrice est produite par le contact des métaux, l’aiguille aimantée est détournée de sa direction lorsqu’elle est placée près d’une portion quelconque du circuit mais ces effets cessent, l’eau ne se décompose plus, et l’aiguille revient à sa position ordinaire dès qu’on interrompt le circuit, que les tensions se rétablissent, et que les corps légers sont de nouveau attirés, ce qui prouve bien que ces tensions ne sont pas cause de la décomposition de l’eau, ni des changements de direction de l’aiguille aimantée découverts par M. Œrsted.Ce second cas est évidemment le seul qui pût avoir lieu si l’action électromotrice se développait entre les diverses parties d’un même corps conducteur. Les conséquences déduites, dans ce Mémoire, des expériences de M. Œrsted, nous conduiront à reconnaître l’existence de cette circonstance dans le seul cas où il y ait lieu jusqu’à présent de l’admettre.Voyons maintenant à quoi tient la différence de ces deux ordres de phénomènes entièrement distincts, dont l’un consiste dans la tension et les attractions ou répulsions connues depuis longtemps, et l’autre dans la décomposition de l’eau et d’un grand nombre d’autres substances, dans les changements de direction de l’aiguille, et dans une sorte d’attractions et de répulsions toutes différentes des attractions et répulsions électriques ordinaires, que je crois avoir reconnu le premier, et que j’ai nommé attractions et répulsions des courants électriques, pour les distinguer de ces dernières. Lorsqu’il n’y a pas continuité de conducteurs d’un des corps ou des systèmes de corps entre lesquels se développe l’action électromotrice à l’autre, et que ces corps sont eux-mêmes conducteurs, comme dans la pile de Volta, on ne peut concevoir cette action que comme portant constamment l’électricité positive dans l’un, et l’électricité négative dans l’autre dans le premier moment, où rien ne s’oppose à l’effet qu’elle tend à produire, les deux électricités s’accumulent chacune dans la partie du système total vers laquelle elle est portée : mais cet effet s’arrête dès que la différence des…

Un livre de André-Marie Ampère dans la catégorie Livres – Sciences, Techniques et Médecine – Physique – Sciences de la matière avec un prix moyen de EUR 3,15